Propreté, mobilier urbain, travaux, végétation, place de la République… Mon intervention auprès de la mairie de Paris

Madame le maire, Mesdames et Messieurs,

A la lecture de l’ordre du jour du prochain conseil de Paris, j’ai constaté avec plaisir l’intention de la municipalité d’honorer dans son espace public deux anciens députés-maires du 11ème arrondissement. Il y aura donc bientôt un espace vert Georges Sarre et une promenade Alain Devaquet. Il est heureux que ces deux hommes engagés qui ont tant fait pour le 11ème aient trouvé leur place dans nos rues.

Parlons-en justement des rues du 11ème, et là ça va être bien moins heureux ! S’il est un constat partagé dans les arrondissements de l’est parisien, c’est bien que nos rues sont particulièrement sales. On ne peut pas faire trois pas sans rencontrer des mégots, des papiers, des cartons, des sacs poubelles plus ou moins éventrés… Quel spectacle désolant ! Profitant de cette abondance de nourriture, les rats pullulent. Dans les bosquets à quelques pas de la mairie du 11ème arrondissement, on les entend chaque soir grouiller. Sans brandir le spectre de la peste noire – ce qui serait peu crédible – n’oublions pas que les rats sont des vecteurs de parasites et de maladies comme la leptospirose qui a tendance à se propager depuis quelques années. Bien sûr, le problème est avant tout celui du civisme de certains Parisiens qui ont tendance à jeter n’importe quoi n’importe où, et l’action répressive de la Ville sur ce point doit être poursuivie et intensifiée. Mais où sont les moyens de la municipalité ? Pas les agents, qui sont sur le terrain au quotidien et qui font un travail difficile qui devrait être plus souvent salué et remercié, mais les moyens matériels. Où sont les nouvelles poubelles qui commencent timidement à s’implanter dans nos rues ? La Ville de Paris a-t-elle un calendrier de déploiement ambitieux de ces nouveaux dispositifs. A-t-elle prévu d’installer une poubelle avec un cendrier à chaque arrête de bus et chaque entrée de métro – ce qui n’est étonnamment pas le cas actuellement – c’est-à-dire là où on en a besoin ?

Parlons aussi du mobilier urbain. Les bancs publics sont déjà rares dans nos rues. Ils sont de plus en mauvais état. Les traditionnels bancs en fonte et en bois font partie du charme parisien, mais ils ont beaucoup moins de charme quand leurs lattes en bois sont cassées en deux et gisent sur le trottoir. Et que dire des nouveaux bancs – si l’on peut qualifier de banc ces gros pavés de bois brut récemment plantés dans notre espace public, ce qui n’est pas sûr – qui constituent déjà une injure à l’esthétisme parisien et qui sont déjà dans un état de délabrement avancé ? Il n’y a qu’à se balader le long du boulevard Richard-Lenoir pour en faire la triste constatation. La Ville de Paris compte-t-elle nous imposer d’autres mauvaises expériences de ce type ou compte-telle revenir à un modèle plus « classique », certes un peu daté mais qui ne manque pas de charme ? Quel plan la municipalité prévoit-elle de mettre en œuvre pour assurer l’entretien de son mobilier urbain ?

Parlons ensuite des travaux. Depuis 2014, une frénésie de travaux en tout genre s’est emparée des rues de Paris. La presse en dénombrait dernièrement plus de 6 000, avec leur lot de bizarreries comme des chantiers gelés faute d’approvisionnement en bloc de granite. Le 11ème arrondissement n’a pas été épargné, loin de là ! Ces travaux incessants ont un impact direct sur la vie des Parisiennes et des Parisiens, que ce soit en termes de bruit, de bruit, mais aussi d’embouteillages et de pollution. Les trottoirs et chaussées défoncés sont par ailleurs un frein à l’accessibilité, que ce soit celle des personnes à mobilité réduite, celle des parents avec des poussettes ou celle des personnes âgées se déplaçant avec une canne. Il n’est pas acceptable de voir certaines personnes ne plus pouvoir emprunter certaines rues ! La Ville de Paris compte-t-elle mettre fin à ces travaux d’aménagement de notre espace public pour se concentrer sur les seuls travaux d’entretien, et laisser par là-même les Parisiens souffler un peu ?

Parlons enfin de la végétation. Paris est à la limite du seuil de surface d’espace vert par habitant prescrit par l’OMS par la seule présence des bois de Boulogne et de Vincennes. Les jardinières déposées ça et là par la Ville, qui sont déjà chères, laides et en piteux état faute d’entretien, sont un moyen facile de se donner bonne conscience mais ne répondent pas le moins du monde au problème ! Le seul moyen de végétaliser durablement Paris et de lutter contre l’effet d’îlot de chaleur urbain qui est appelé à s’amplifier durant les années à venir, c’est de la végétation durable et plantée en pleine terre. Le Baron Haussmann l’avait compris à la fin du XIXème siècle, sommes-nous incapables de le comprendre au XXIème ? Les opportunités de plantation d’arbres ou d’arbustes en pleine terre ne manquent pas dans le 11ème : places minérales comme la place Léon Blum, trottoirs extra-larges comme dans la rue de la Roquette, etc. La Ville de Paris entend-elle mettre en œuvre un vrai plan de reconquête urbaine qui fait reculer le béton au profit d’une végétation durable et entretenue ?

Je voudrais terminer ces propos en évoquant la place de la République, qui concentre à elle seule l’ensemble des sujets que je viens d’évoquer. Depuis sa rénovation à grands frais en 2014, que voyons-nous ? Une place minérale, véritable rectangle de granite, une place dont le mobilier n’aura pas survécu cinq ans, une place sale aux poubelles qui débordent, une place agrémentée d’une végétation anecdotique là où il y avait précédemment des arbres centenaires, une place de manifestation, perpétuellement occupée, dont sont dépossédé les riverains et les commerçants du quartier. En un mot, cette place est un magistral raté. Alors que les travaux de la place de la Bastille vont bientôt toucher à leur fin, qu’est ce que la Ville de Paris a prévu afin de trouver une solution durable aux erreurs de la place de la République et de ne pas les reproduire sur la place de la Bastille ? La municipalité a-t-elle l’intention d’engager un travail constructif avec la préfecture de Police afin de trouver d’autres emplacements pour les manifestations et laisser enfin le quartier République respirer un peu ?

J’espère que la municipalité saura apporter des réponses concrètes à ces question.

Je vous remercie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s